Quatre marins (Francine, Simonne, Mireille, Annie) arrivent sur l'île de la poésie où vit une belle Martiniquaise (Sylviane)

- Que faites-vous sur mon île? Où est votre bateau?

Simonne : Notre bateau, il a pas eu le pot, il s'est échoué dans le marigot!

Sylviane : Qu'est-ce-que vous racontez? Votre bateau a calé

Mireille : il n'est pas à Calais. Il est pas assez clé pour ça!

Francine : il n'a même pas calé mais pour être calé il est bien calé dans le marigot!

Annie : Calé ou pas calé, ça me donne une idée on va intercaler. Francine t'as pas un petit couplet ?

Franine : j'ai bien quelques rêveries marines :

 

 

Ah ! Les îles ! Rien que leurs noms me fascinent ! 

Tahiti, Bora Bora, et les Marquises !

Autant d’images et de mots qui me grisent.

Le menton dans les mains, un rêve me taquine…..

 

Voir la Polynésie, les îles Sous-le-Vent !

Leurs bungalows sur pilotis, et les atolls !

Leurs plages de sable blanc ou le palmier s’affole !

Décor paradisiaque sous le soleil fervent !

 

Dans l’Océan Pacifique, trouver l’Île Salomon,

L’archipel d’Océanie, sa race de géants

Qui vivrait, paraît-il, encore de notre temps

Cachés dans un terreau luxuriant et profond !

 

Et puis, voir Madère, perle de l’Atlantique,

Montagne verdoyante au-dessus de la mer ….

Ecouter un fado en savourant un verre,

L’ile fleurie est belle et authentique !

 

Au Nord, près de l’Ecosse, dominant l’océan,

Les iles Féroé aux superbes falaises,

Et dans la Manche, non loin des côtes anglaises,

Chausey et Tatihou, en mon pays normand !

 

Mais cessons de rêver, voici l’embarcadère !

Le caban sur le dos et les jumelles en main

Nous partirons ensemble un de ces beaux matins

Afin que tous nos rêves ne soient pas que chimères !

 

Simonne : vous croyez qu'on est sur l'île aux chimères

Sylviane : est-ce que j'ai une tête de chimère?

Mireille : écoute ma belle soit sympa,

Raconte-moi, raconte-moi encore

Ton île au petit matin

Quand baignée de soleil

Elle s’offre dans sa rose nudité

A en verser des larmes de bonheur

Bonheur de retrouver

Sa beauté sauvage

Fière

 

Raconte-moi, raconte-moi encore

L’améthyste de ses montagnes

Au  zénith,  brûlées

Par les rayons ardents

D’un soleil toujours présent.

Et ce parfum envoûtant

Des aiguilles de pins surchauffées

Qui craquent sous nos pas.

 

Raconte-moi, raconte-moi encore

La fraîcheur des châtaigniers

Et celle du petit rosé

Qui scelle l’amitié

Autour des figatelli.

 

Mais tu oublies la mer, raconte-la moi

Avec ses criques au pied des calanques

Sculptées par les vents

Peins-moi la mer avec ses bleus, ses turquoises

Et ses plages vierges

Où l’on accède en bateau

Ou à pied

 

Raconte, raconte-moi encore

Le Regino

Ce petit village au milieu de nulle part

Où le train à crémaillère se balance

Sur les rails

Pour le plus grand bonheur des enfants

Et celui de Jean-Baptiste

Cet ancien légionnaire

 

Raconte, raconte encore

Car tu vois mon île

Elle est en Normandie

Elle émerge d’un océan de copeaux

Les dauphins s’y ébattent joyeusement

Et font la course autour de la piscine.

Il ne manque qu’une chose

 La chaleur de la Corse.

Sylviane : Tu crois que je vais partir avec toi. Tu rêves, je ne pars pas avec n'importe qui!

Simonne :Elle essaie de t'envoûiter avec son texte.  Viens avec moi

J’ai découvert une île

Lointaine dans les flots bleus

J’en découvre le fil

C’est l’île de mes vœux

                                                                                                                                   

Quand les oiseaux s’y nichent

J’aime leurs cris joyeux

J’y cours tous les Dimanche

Passer des jours heureux

 

Je m’évade dans le rêve

Bateau emporte moi

Je m’accorde une trêve

Je m’enfuis Oh ! Pourquoi

 

Annie : écoute ma belle, c'est avec moi que tu vas partir

 

 

Viens, j’ai découvert une île posée sur l’océan

 

Et quand elle se profile au loin dans le couchant

 

Mon cœur bat la chamade et mes yeux s’écarquillent

 

C’est comme une tornade qui m’emporte et m’enivre

 

C’est l’île dont je rêve, la plus grande du monde

 

Déserte et solitaire, solide à la tempête

 

Et battue par les vents, elle résiste aux assauts

 

Couverte de sa glace vieille de 100 000ans

 

Elle sait te rappeler ta place dans ce monde

 

Moucheron si fragile face à l’immensité

 

Viens, tu aimeras mon île posée sur l’océan

 

Sylviane : mon bonheur est ici dans ces

 

Iles dont on ne parle jamais

                Iles où l’on ne débarque jamais

                Iles masquée par la végétation

                Iles inconnues des hommes .

 

Annie :

Iles cachées dans l’océan

Iles qui crachent les flammes de l’enfer

Iles noires posées sur l’abîme

Iles qui rêvent de larguer les amarres

 

Simonne :

Viens suis moi dans mon île

    Viens voir les oiseaux bleus

Viens dans l’île du rêve

Viens derrière l’arc-en-ciel

 

Couleurs multicolores

Nous habillent soudain

Couleurs de l’aurore

Perdues dans le lointain

 

Viens suis moi dans mon île

Vers ce pays lointain

 Découvrir des saveurs

   Paysage enchanteur

 

Je veux bien vous accueillir et vous boirez de bons coups

Les quatre marins : Ah! on est rassuré